Skip to content

Escriptura. Escritura. (9). Frédéric Dard.

20 Octubre 2012

Frédéric Dard (1921-2000) és conegut pel seu pseudònim San-Antonio, el nom del comissari de les seves novel·les policíaques. Té associat també al seu nom el deu seu millor amic  Alexander-Bénoît Bérurier  (com Watson va associat a Sherlock Holmes) .

“Sur un coup de tête (…)  il part en 1949 s’installer aux Mureaux avec sa famille, dans un pavillon de banlieue. Après quelques années de vache maigre, il connaît ses premiers succès d’écriture, au théâtre (notamment La neige était sale, adaptation du roman de Simenon, est montée par Raymond Rouleau au Théâtre de l’Œuvre en décembre 1950). C’est en 1949 que paraît Réglez-lui son compte !, roman policier signé San Antonio, et qui est un échec commercial. Il rejoint alors les éditions du Fleuve noir, où il va côtoyer Jean Bruce et Michel Audiard, et y publie deux romans : Dernière Mission, et le second San-Antonio, Laissez tomber la fille.
(…)
La notoriété naissante du Commissaire San-Antonio engendre le succès, qui, dès lors, ne le quittera plus. Dard écrit vite et beaucoup, au rythme de quatre à cinq ouvrages par an : romans policiers, romans d’espionnage ou d’épouvante, scénarios, adaptation de roman pour le cinéma, etc. (…)”

Frédéreric Dard. Wikipédia.

Al capítol 3 del llibre  Perspectives. Cours de perfectionnement.  Gérard Vigner . (© Hachette FLE. 1991.) hi ha un apartat de lectures  que conté vàries respostes d’escriptors a la pregunta  Pourquoi écrivez-vous ?
Una de les repostes que inclou és justament la de Frédéric Dard,  que volen reproduir aquí perquè ens sembla particularment interessant.

“Quand on me demande “pourquoi j’écris”, c’est comme si on me demandai “pourquoi je vis”. Cette réalité n’est plus analysable ; je ne peux que la constater , la subir et m’y accrocher.

Je suppose qu’au tout début (j’avais quinze ans)  j’ai dû écrie par plaisir. Ensuite je me souviens avoir écrit pour vivre. Il est probable que désormais, je vis pour écrire.
Écrire est une excellente façon de se préparer à mourir. Je voudrais conserver au moment de mon trépas le voyeurisme  de l’écrivain ; ce serait une “fin de moi” moins difficile.”

Frédéric Dard

..

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Advertisements
No comments yet

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s

%d bloggers like this: